Campagne

Aventures en Korantie, session n°16 — Enquête à Sarestra, 4e partie

hoplite-warning-gauche

À MES JOUEURS : vous pouvez lire cet article.
SPOILER : une partie de l’intrigue de Contre le Chaos est révélée !

hoplite-warning-droit

Note : ce compte-rendu a été rédigé par Barbara et donne la vision de son personnage Myrrhée.

Nous revenons tout juste de la planque de Xhago chargés de statuettes représentatives du culte du Chaos, de petites pierres colorées, de coffres remplis de différents trésors, pièces et bijoux, mais aussi d’une liasse de documents retrouvés dans la poutre de la salle de torture. Une fois arrivés à notre auberge, nous convenons d’étudier ces objets : Malek examine les statuettes et les pierres avec la lunette de Vérité remise par le père Pérenge. Althmir souhaite quant à lui étudier de nouveau la pierre de pureté. Thémiséon et moi nous penchons sur les documents retrouvés, en espérant faire un lien avec Xhago.

A l’issue de ces études, nous découvrons des documents signés de la main Xhago concernant des ventes d’armes qu’il réalise au nom de la comtesse, ce qui confirme l’existence de ce trafic et nous révèle les lieux vers lesquels sont envoyées ces armes : Vestrikina, Éraklé, Norestra, Rémora et Borissa (ce que nous savions déjà pour cette dernière cité). Les marchandises transitent par bateaux ou par caravanes terrestres. Nous découvrons également des documents comptables de Xhago, non signés, qui prouvent qu’il garde une partie de ces armes pour son compte, et les revend à Sweggen ou d’autres trafiquants.

Malek n’apprend rien de particulier concernant les objets, mais Althmir découvre que la pierre de Vérité a un très grand pouvoir : elle semble protéger son porteur contre les substances du Chaos (comme, par exemple, le pus des tatouages des adorateurs du chaos) et pourrait aussi vivement incommoder les porteurs de marques chaotiques, que ces marques souillent leur corps ou leur âme.

Avant de nous coucher, nous continuons à préparer notre plan pour dévoiler Xhago lors de la réception d’anniversaire du petit Kelan den Solisti.

Nous affinons notre démarche : il nous faut mettre Xhago mal à l’aise en public afin qu’il perde son sang-froid, se sente menacé et utilise sa sorcellerie au grand jour. C’est certainement la seule manière de le faire arrêter. Pour cela, on peut évoquer la salle de torture découverte chez Mérédith Ran, montrer les statuettes chaotiques qu’on y a retrouvées, insulter la Mère du Chaos, ou encore lui envoyer une fausse lettre émanant de Jédakiah, pour lui faire part de son mécontentement (à l’instar de celles trouvées chez Gul-Azar à Borissa).

Nous prévoyons aussi ce que nous allons faire le lendemain : rendre visite au culte de Veltis pour que Vérénys présente à la Protectrice de la cité nos preuves sur le danger qui pèse sur la ville, puis faire de même à l’enclave impériale, puis demander à Sweggen de nous fournir des fausses invitations à l’anniversaire.

Après ces longues discussions, nous avons fini par tomber d’accord. Je décide de rédiger la fausse lettre pour Jédakiah avant que nous allions nous coucher. J’ai néanmoins l’impression que nous sommes en danger cette nuit, et propose que nous nous répartissions les objets et autres documents compromettants pour Xhago entre nos deux chambres. Vérénys et moi gardons les documents et une partie du trésor, tandis que les garçons gardent les objets et le reste de l’argent. Vérénys et moi déplaçons lit et armoires afin de bloquer les entrées de la pièce. Quelques secondes après avoir rejoint nos lits respectifs, nous entendons Thémiséon hurler : « ah, il y a un serpent dans mon lit ! » Vérénys et moi sautons hors du lit et déplaçons promptement celui qui se trouvait devant la porte. J’ouvre la porte pour guetter ce qu’il se passe dans le couloir (j’ai en effet peur d’une diversion qui aurait pour but de nous dérober nos preuves), pendant que Vérénys s’habille rapidement et se précipite dans la chambre des garçons.

Thémiséon se débat avec un serpent, tentant de lui donner des coups de pieds à l’aveugle. Malek a tiré très fort la couverture de Thémiséon pour dévoiler le serpent, et Althmir a sorti sa dague pour le couper en deux. Ouf, plus de peur que de mal ! Cela dit, Thémiséon est blessé à la jambe et a très mal. Les garçons décident de se rendre sans attendre au temple de Sémordis le Sauveur pour traiter cette urgence, sans savoir si le temple sera ouvert en plein milieu de la nuit. Peut-être le serpent était-il venimeux, mieux vaut donc agir très vite. Vérénys et moi restons monter la garde à l’auberge.

Quelques heures plus tard, nous voyons Althmir et Malek revenir : ils nous rassurent sur l’état de Thémiséon qui est toutefois resté pour la nuit au temple de Sémordis. Nous pourrons aller le voir demain à l’aube.

Nos plans se voient chamboulés, néanmoins nous espérons pouvoir retrouver Thémiséon en pleine forme et nous accompagner, notamment à l’enclave impériale. Lorsque nous arrivons au temple de Sémordis, nous constatons que la jambe de Thémiséon est toujours blessée. Le médicus présent nous explique, à Vérénys et à moi, qu’un poison très violent était en train d’attaquer le corps de Thémiséon et l’aurait tué en 2 ou 3 heures s’il n’avait pas exhorté le Sauveur de supprimer le poison. Le serpent est un serpent des Landes, une espèce originaire de Brotomagie, et qui n’a pu arriver là par hasard. Nous avons été une nouvelle fois la cible d’une tentative d’assassinat ! Nous insistons auprès du médicus, avec une somme d’argent supplémentaire et conséquente, pour qu’il soigne la blessure de Thémiséon immédiatement, lui expliquant que nous avons des projets urgents et importants pour la journée. À nouveau, le médicus fait appel à son dieu et la blessure se referme miraculeusement sous nos yeux.

Enfin remis sur pieds, nous nous dirigeons vers la porte dorée pour rejoindre le palais archontal où se trouve le temple de Veltis, de l’autre côté du Haut-Pont. En passant devant l’auberge, je m’arrête pour demander à l’aubergiste si elle a eu des informations sur les évènements de la nuit, apparemment non. Cependant, elle a pour nous 5 invitations pour l’anniversaire du comte.

Une fois arrivée au temple, Vérénys réussit à convaincre la Protectrice de la cité de nous recevoir. Nous rencontrons donc Loïs Effemédis, acolyte de Veltis et responsable des amazones de Sarestra, et, après une longue discussion (et un jet réussi d’Influence de groupe), nous parvenons à la convaincre. Les preuves que nous lui avons apportées et le retour de la patrouille guidée par Vérénys qu’elle a envoyée sur notre conseil chez Mérédith Ran y ont été pour beaucoup. Elle accepte alors de nous accompagner à l’anniversaire avec quelques amazones de son culte pour constater de ses yeux la présence ou l’absence du démon dans l’enfant héritier des Solisti, mais souhaite garder toutes les preuves, dont les trésors. Nous acceptons à contrecœur de nous séparer de ces biens.

Accompagnés de Loïs, et après s’être restaurés dans les jardins jouxtant le temple de Veltis, nous nous rendons à l’enclave impériale de Sarestra. Thémiséon nous explique fièrement que ce domaine fortifié est sous l’autorité de l’administration impériale, plus précisément du culte solaire de Lanis. Le temple laniste qui se trouve à l’intérieur de l’enceinte est proprement magnifique, et original, avec son grand dôme et les quatre immenses disques de pierre qui l’entourent, représentant sans doute l’astre solaire sous différentes configurations. Comme le matin, Thémiséon présente à Aribald, le seigneur-paladin de l’enclave, la nature de la situation et les preuves que nous avons réunies. Aribald et Loïs, après avoir jouté verbalement pour savoir qui aurait le dessus dans cette collaboration, finissent par se mettre d’accord sur la méthode : Loïs et ses amazones seront présentes à l’anniversaire sous un déguisement quelconque et y cacheront des armes, puis confirmeront ou non la présence d’un démon. Les paladins de l’empire auront quant à eux réquisitionné le salubrium où ils attendront le signal de l’un d’entre nous pour arriver au plus vite en renfort au domaine Solisti.

Pendant le chemin du retour de l’enclave, je me rappelle qu’il faut que j’envoie la fausse lettre de Jédakiah et je fais donc appel à un esclave de mon culte pour porter le message à Xhago « de la part d’un ami ». Nous pensons aussi qu’il serait plus sûr de changer d’auberge pour la nuit, et investissons un dortoir dans une auberge de qualité très relative dans la vieille ville. Nous transportons nos affaires de la Bienvenue vers cette nouvelle auberge et y montons un tour de garde pour surveiller la porte de notre dortoir. Nous nous abstenons de toute discussion dans cette pièce où la discrétion est tout sauf garantie.

Le lendemain matin, à voix basse, nous repassons une nouvelle fois le plan en revue et réalisons alors que nous n’avons pas de cadeau pour le jeune comte den Solisti. Après avoir rapporté à la Bienvenue les effets que nous ne pourrons pas prendre lors de l’anniversaire, je guide mes compagnons à la recherche d’une boutique qui nous permettrait de trouver un très bel objet rappelant la spécialité des Solisti (le commerce maritime) ou un dieu korantien puissant. Nous nous accordons pour une magnifique statuette de jade représentant Anayo le Souverain, que j’ai négociée pour 350 pa, une plutôt bonne affaire.

Vêtus de nos habits de qualité, pour certains, et de nos armures imposantes pour les autres, nous nous présentons à la porte de la colline dorée située dans le quartier des temples et jardins et suivons les autres invités jusqu’à l’entrée dans le domaine.

Nous reconnaissons l’entrée du domaine den Solisti et nos invitations nous permettent de pénétrer à l’intérieur. Nous reconnaissons son chemin arboré qui amène dans une cour fermée à ciel ouvert, décorée de grandes et belles statues de héros korantiens du passé et des arbustes fleuris. Nous nous engageons plus loin que lors de notre première visite sur un chemin qui traverse un imposant bassin autour duquel sont disposées des tables présentant des mets fins et exotiques. Le chemin se poursuit ensuite à travers les jardins pour arriver à un patio couvert, porté par des colonnes, qui jouxte le bâtiment principal de la demeure. D’autres statues de même genre que les premières décorent l’endroit. L’une d’entre elles représente Solis, l’ancêtre fondateur de la famille Solisti. Il y a déjà de nombreux invités, tous très bien habillés, répartis dans tout l’espace. Je commence par chercher la Protectrice, d’autres cherchent Xhago, d’autres encore l’enfant. Nous retrouvons le vieux domestique qui nous avait accueillis la dernière fois, et j’en profite pour apporter le cadeau sur le patio. Je trouve ensuite la Protectrice et m’approche d’elle pour la saluer et lui demander discrètement où se trouvent les armes qu’elle a apportées : sous les tables autour du bassin. C’est lorsque nous profitons des mets et pour certains du délicieux vin servi, que commencent quelques divertissements pour les invités : un spectacle de danse au son de quelques musiciens délicats, puis un spectacle d’acrobates.

Enfin, le jeune comte, sa mère et le châtelain sont annoncés et apparaissent sur le patio. Je me rapproche alors de la Protectrice et sort discrètement la lunette de vérité. Elle m’invite à nous dissimuler derrière une statue assez près de la scène, et je tente de la cacher des gardes pendant qu’elle observe l’enfant à la lunette. Cinq secondes après, je comprends à son regard affolé qu’elle a bien vu le démon ! Elle me tend la lunette en s’éloignant promptement vers l’entrée du domaine. Pendant ce temps, les maitres des lieux se sont approchés du bassin et sont au centre de toutes les attentions. Malek et Althmir restent le plus éloignés possible de la vue de Xhago, quant à moi je me demande quand ce sera le moment d’agir, certainement juste avant l’arrivée des paladins pour prendre le moins de risques possible.

Soudain, nous reconnaissons Jaros, ou plutôt Kritos den Kritosi, qui est déjà à moitié soul. À la stupeur de tous, il commence à invectiver la comtesse, lui reprochant son ingratitude suite aux nombreuses actions qu’il a réalisées pour elle. Pour preuve, il pointe Vérénys du doigt en disant que « ce sont eux qui ont récupéré les lauriers de l’action que j’ai réalisée pour protéger vos biens ». Il qualifie Vérénys de traitresse et commence à devenir menaçant. Vérénys serre les dents très fort pour ne pas répondre à cette attaque frontale, je la remercie intérieurement d’avoir réussi à se contenir (elle a réussi son jet de Volonté). Rapidement, la garde des Solisti est appelée à intervenir pour faire sortir de ces lieux ce Kritos, qui ruine la fête. Rapidement, les discussions reprennent, certains rient du pauvre Kritos, et le calme revient.

Cet évènement totalement imprévu nous a fait une peur bleue, mais je comprends vite que c’est une diversion parfaite et je profite de cet instant de flottement où presque toutes les têtes sont tournées vers Kritos pour me cacher sous la table la plus proche et vérifier que des armes y sont bel et bien cachées. Je prends tout ce que je peux emporter, deux boucliers, une lance et une épée, et les cache sous une des couvertures pour les apporter à Thémiséon. Celui-ci s’apprête à réciter le discours que nous avons peaufiné pendant des heures le jour d’avant.

Thémiséon frappe alors sa lance contre son bouclier pour attirer l’attention, j’en profite pour m’éloigner et espère rejoindre l’extrémité du chemin pour bloquer l’éventuelle fuite de Xhago. Je vois du coin des yeux Althmir qui tente lui aussi de passer sous une table, mais cela semble plus difficile pour lui de rester inaperçu et il n’y arrive pas à cet instant.

Le discours de Thémiséon fait son effet, son éloquence est excellente (jet réussi) et les arguments font mouche rapidement. Xhago est visiblement surpris et mal à l’aise. C’est alors qu’à notre grande surprise, l’enfant, qui se tient à proximité de Xhago, lui lance : « utilisez votre sorcellerie pour vous défendre, mon oncle », alors que le châtelain réalise des pirouettes verbales pour discréditer le récit de Thémiséon. Vérénys s’approche lentement et discrètement de Xhago puis sort la pierre de pureté de son sac et la présente à quelques centimètres de lui : « Voilà, chien, tout ce que tu mérites ! » Xhago se plie en deux sous la douleur et lâche un cri. Perdant son sang-froid, il commence alors une incantation, Thémiséon en profite pour s’approcher de lui et tente de le frapper, se mettant ainsi à porter des gardes des Solisti.

La foule, qui avait déjà commencé à s’éloigner en comprenant qu’il ne s’agissait pas d’une autre animation, commence à disparaitre : certains fuient le domaine en courant, d’autres se cachent derrière les tables. Les gardes fondent alors sur Thémiséon, qui attaque leur maitre. D’un geste leste, Malek, qui était sur le chemin de l’un d’entre eux, se laisse tomber sur le garde et réussit dans son élan à le faire tomber de tout son long et cherche ensuite à le saisir au sol pour l’empêcher de se relever. Mais le garde est plus fort que Malek et réussit à le repousser, puis à se relever.

Thémiséon commence à combattre les gardes, seul, car Vérénys a encore les mains prises par la pierre. Althmir finit par réussir à prendre des armes et à s’approcher de la mêlée. Pour ma part, je cherche désespérément du regard les paladins qui n’arrivent pas, et, voyant que Xhago n’envisage pas de fuir, je finis par comprendre que les armes que je porte seront plus utiles à Vérénys qu’à moi. Je cours donc les lui apporter, ce qui lui permet d’assister Thémiséon dans sa lutte contre les 3 gardes. Malek et Althmir ont quant à eux réussi à en faire douter quelques-uns en leur faisant prendre conscience que leur maitre est un sorcier et qu’il ne mérite donc pas leur loyauté, quelle ironie !

D’autres gardes ont également rejoint les combats, mais sont retenus par les amazones, qui se sont dévoilées. Elles sont redoutables au combat, bien qu’en léger sous-nombre.

Thémiséon réussit soudainement un coup magnifique, qui interrompt une nouvelle fois Xhago dans une de ses incantations, et plonge sa lance dans la gorge du sorcier qui tombe inconscient, juste après avoir glissé ces mots à l’enfant : « Protège-moi, je te libère ».

La température chute alors brusquement dans un cercle de plusieurs mètres autour de l’enfant, tombant au-dessous de zéro. Le bassin se trouvant à proximité se met à geler et les hommes et femmes présents dans cette zone sont frigorifiés (et perdent un niveau de fatigue). Les personnes en armure sont deux fois plus gênées que les autres, car leur corps qui touche le métal se refroidit bien plus vite (ils perdent deux niveaux de fatigue). C’est alors qu’une forme noire, ressemblant à une fumée opaque, à la fois sombre et lumineuse, se créée autour et au-dessus de l’enfant. Nous découvrons avec horreur qu’elle se condense en une forme humanoïde de grand singe ailé, qui vole désormais à quelques mètres au-dessus du sol. « Le laquais n’est pas mort… » l’entend-on énoncer dans un korantien ancien. Thémiséon profite de cet instant pour enfoncer de nouveau sa lance dans la gorge de Xhago et le tue pour de bon. C’est à ce moment que les paladins entrent dans le domaine, et ne peuvent qu’assister, démunis, à la scène. Constatant la mort de son maitre qui le libère de sa dernière injonction, le démon sourit avant de s’envoler pour se poser sur le toit de la demeure à quelques mètres de moi. Je m’entends lui demander : « oh grand démon, qu’allez-vous faire ? Est-ce que nous pouvons vous aider ?”. Sa réponse est sans appel « je vais prendre un peu de bon temps dans ce monde », et il s’envole sans un regard en arrière dans le ciel crépusculaire de la cité korantienne.

Encore abasourdis par ce qu’il vient de se produire, nous nous rassemblons autour de la comtesse et du corps de Xhago, et nous constatons avec tristesse que le corps de l’enfant est sans vie, au sol, ratatiné comme un pruneau sec. La comtesse est en larmes « Mon enfant, je veux mon enfant ! Expliquez-moi ce qu’il se passe ici ! » Ce sont Loïs la Protectrice et Aribald, le seigneur de l’enclave impériale, qui prendront le temps d’informer la comtesse de la nature des évènements qui viennent de se produire, pendant que les membres de leurs cultes respectifs commencent la fouille du domaine pour récolter le plus de preuves possible. Nous prévoyons ensuite de tenir un conseil avec les deux cultes pour partager nos découvertes respectives et nos conclusions.

A l’issue de cette aventure qui s’est étendue sur quatre weekends de jeu, nous recevons chacun 12 jets d’expérience et récupérons tous nos points de chance. Ouf !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s