Campagne

Aventures en Korantie, session n°23 — Au coeur du Chaos, première partie

hoplite-warning-gauche

À MES JOUEURS : vous pouvez lire cet article.

SPOILER : une partie de l’intrigue de Contre le Chaos est révélée !

hoplite-warning-droit

Note : ce compte-rendu a été rédigé par Erwan, qui joue Malek, avec l’aide de l’ensemble du groupe.

Préparatifs et entrainement

Dans l’Empire korantien, les routes maritimes sont fermées en hiver. Le conseil de défense ayant eu lieu le 6 de zolestine, toute expédition militaire d’envergure devra atteindre le début du printemps. La trêve hivernale limite les mouvements de troupes et les décisions du conseil se limitent pour l’instant à la recherche de documents relatifs au culte du chaos dans les bibliothèques et scriptoriums des cités de l’Empire.

Plusieurs mois s’écoulent au cours desquels les aventuriers s’entrainent et se livrent à diverses tâches personnelles. Dans l’espoir d’améliorer leur compétence d’Esquive, quelques-uns se frottent aux méthodes d’enseignement non conventionnelles d’un certain lanceur de couteaux. Pour devenir meilleurs en Natation, d’autres subissent le dur entrainement d’un marin peu soucieux des consignes de sécurité. Notre paladin préféré ira même jusqu’à réserver une semaine de soins corporels intensifs dans une salle de torture du culte de Kos, afin d’augmenter son score de Volonté !

À l’invitation de Myrrhée, les aventuriers se retrouvent tous le 7 d’anyune 1217 dans le magnifique restaurant de la Nageoire Bleue. La marchande a le projet d’acheter une concession mise en vente à Thyrte, afin d’établir plus fermement sa présence commerciale et d’évoluer au sein du culte de Sabatéus. Elle a besoin de réunir une grande somme d’argent pour avoir une chance de remporter la vente aux enchères de la concession. Elle demande donc aux autres aventuriers leur aide. Après négociation, Vérénys et Malek acceptent chacun de lui prêter 1000 pièces d’argent, qu’elle devra leur rembourser sous trois ans, avec des taux d’intérêt de 15 et 20 % respectivement. Myrrhée récupère aussi avec Vérénys et Thémiséon des pièces d’or korantiennes d’avant le cataclysme, trouvées sur Iaxos, lors de la toute première aventure du groupe. Elle se propose de trouver un acheteur intéressé et de s’occuper de leur vente en échange d’une commission. Les deux guerriers korantiens acceptent et partiront chacun avec un bénéfice de 400 pièces d’argent, Myrrhée obtenant une commission de 200 pièces d’argent en tout. Quant à Althmir, il propose 200 pa pour que Myrrhée lui présente systématiquement tous ses contacts assabiens et jekkarines pendant une année. Toutefois, la commerçante ne perd pas le nord et impose à Althmir qu’il lui reverse 30 % du bénéfice de toute transaction qui pourrait être conclue avec l’un de ses contacts, ainsi qu’un descriptif des biens échangés.

Les aventuriers apprennent que Thémiséon a lui aussi quelques projets. En effet, il espère fonder une enclave impériale à Thyrte, sous l’égide de ses patrons du culte solaire. À cet effet, il propose à Myrrhée un accord suivant :  il lui prête 700 pa à taux zéro et lui offrira le marché de la mise en état et de l’ameublement de l’enclave en échange d’une absence de taxes sur les marchandises importées (en tant que future concessionnaire de la route commerciale entre Borissa et Thyrte, Myrrhée aura en effet son mot à dire sur le montant des taxes). De plus, toutes les échoppes de Myrrhée devront offrir une remise de 10 % aux solaristes de la future enclave. Vérénys révèle avec fierté qu’elle a été désignée comme la successeure d’Appolonie de Xanth à la tête des amazones de Thyrte, cette dernière étant appelée à d’autres fonctions. Pour le moment, elle restera tout de même dans le groupe jusqu’à ce que la mission soit accomplie.

Un jour sans vent de trigelso, sur un ponton du port de Thyrte, Malek et Althmir partagent une longue conversation, dont les tenants et les aboutissants restent inconnus des autres membres du groupe. Quelques jours plus tard, Myrrhée remporte les enchères et devient donc officiellement concessionnaire au sein du culte de Sabatéus. Le 1er jour d’arribéa, le festival de Pyrolus célèbre la réouverture des routes maritimes. La trêve hivernale se termine et les troupes destinées à combattre le Chaos affluent enfin à Thyrte.

Des informations cruciales

Quelques jours plus tard, le 8 d’aribéa 1217, les aventuriers sont conviés à un conseil restreint qui réunit Entos de Calyste, Dagmar Brisetarge, Rikalsos de Thyrte, Arinald de Trentos, Thimoxène d’Androleïa, Alynor de Mégara, ainsi que Kortano et Claudius, les syndics de Thyrte et Borissa.

Les aventuriers sont informés des mouvements de troupes. Le bataillon patriotique de Thyrte et les sections d’amazones de Veltis de Sarestra, Borissa et Thyrte, placées sous le commandement d’Apollonie de Xanth, se sont rassemblés à Thyrte. Les régiments de vétérans valosiens basés à Borissa et Vestrikina sont actuellement à Tersippa. Le bataillon patriotique de Borissa attend les ordres dans sa ville, avec les paladins des cultes solaires de Borissa, Himéla et Sarestra, qui se sont réunis dans l’enclave impériale de la cité. Le seigneur Drystan a quant à lui mobilisé ses cavaliers en Brotomagie. On attend aussi des renforts de la grande cité d’Agissène, qui rejoindront les troupes sur le chemin.

La grande opération de recherche d’informations a aussi produit des résultats : quatre anciens parchemins ayant un lien plus ou moins proche avec les guerres du Chaos ont été découverts dans les archives impériales d’Hilanistra et les bibliothèques de la guilde marchande de la petite cité-État de Suthria, du culte du gardien d’Agissène et de celui de Suthria.

Le premier, qui est aussi le plus ancien, date de 719. Il s’agit d’un rapport écrit par le mythique héros korantien Sayalis en personne durant les guerres du Chaos. Il y décrit l’assaut de la place forte du Chaos qui se trouvait alors sur le pic Perceciel (depuis rebaptisé pic « de la Tisserande ») au cœur des monts ozyriens à 12 jours de marche au sud de Suthria. Après un long siège, les troupes impériales ont découvert au centre de la forteresse un arbre maléfique qu’ils ont identifié comme étant la source de toute la corruption qui gangrénait les monts ozyriens. Il est dit que cet arbre a été semé par la Mère du Chaos elle-même avant qu’elle ne soit bannie du Monde matériel par Sayalis. Après un combat contre des scientistes-sorciers ophidiens, dont le grand prêtre de Lanis a « sectionné les âmes » afin qu’ils ne puissent plus revenir hanter les lieux, Sayalis et ses combattants ont détruit l’arbre à l’aide « de lames, du feu et de la magie de la Cour céleste ». Cette mention d’un arbre du Chaos rappelle aux aventuriers la prophétie d’Amaltée, la sibylle de Borissa.

Le second document date de 721 et n’est rien d’autre qu’un bulletin de travaux évoquant l’édification du « Regard de Sayalis », une forteresse korantienne construite sur le pic Perceciel. Rempli de détails techniques sur le matériel et les moyens déployés pour sa construction, le document n’a que peu d’intérêt pour les aventuriers. Il les informe toutefois de la forme du bâtiment, un corps de garde fiché de deux tours, ainsi que de la durée approximative de trajet depuis Suthria : 12 jours de marche. Ce document permet aussi de dresser une chronologie approximative des évènements. Les aventuriers émettent l’hypothèse que cette forteresse ait été construite à l’issue des guerres du Chaos afin de garder un œil sur le lieu (d’où son nom) et d’empêcher toute reprise d’activités maléfiques à cet endroit, qui semblait crucial pour les séides de la Mère du Chaos.

Le troisième document est un avis de condamnation émanant du culte de Kos d’Agissène qui date de 998. Plusieurs individus cités sont condamnés à être emprisonnés « au Regard de Sayalis ». Les aventuriers pensent qu’au cours des 250 ans séparant les deux documents, le but premier de la forteresse a été petit à petit oublié et que celle-ci est devenue une prison, un bagne isolé où l’on envoyait les criminels de droit commun.

Le quatrième et dernier document est le rapport d’un éclaireur dénommé Camus et datant de 1085. Il s’agit en fait d’un second rapport, suivant un premier que les archivistes n’ont malheureusement pas retrouvé. Dans le rapport, l’éclaireur confirme les dires du précédent éclaireur, à savoir que le corps de garde est tombé aux mains des barbares garthari. Il explique aussi avoir assisté à une cérémonie rituelle au cours de laquelle les Garthari évoquaient le retour prochain d’un « enfant ténébreux ». Toutefois, l’éclaireur conclut que les barbares ne constituent pas une véritable menace pour l’Empire et il s’étonne de l’existence d’une forteresse korantienne si loin de toute frontière dans les monts ozyriens. Cette forteresse perdue dans les montagnes n’offre aucun soutien à une quelconque cité korantienne et ne protège aucune route commerciale. Il préconise donc de l’abandonner définitivement, les couts nécessaires à sa récupération et à son entretien étant bien trop élevés au vu du bénéfice que l’Empire pourrait en tirer. Les aventuriers concluent que les siècles ont fait perdre à la Korantie le contrôle, puis la connaissance même de l’existence du Regard de Sayalis, ce qui a permis au culte du Chaos de s’y reconstituer. Ils supposent que c’est à cet endroit que devrait se trouver le centre de commandement de Jédakia et décident donc de s’y rendre. De toute manière, c’est la seule piste concrète dont ils disposent.

Après une longue discussion sur l’histoire que ces documents ont permis de reconstituer, le grand prêtre du culte solaire décrète ce qui suit. Les aventuriers et deux tiers des forces korantiennes se rendront à Suthria par voie maritime et fluviale, puis se dirigeront à pied vers le pic de la Tisserande, tandis que le tiers restant passera par le sud et atteindra les monts ozyriens via la Brotomagie. Ainsi, quoi que Jédakiah ait en tête, il trouvera les armées de Korantie face à lui.

Les aventuriers emportent les quatre documents, leurs contenus pouvant se révéler utiles au cours du voyage. Les cultes de Lanis et de Sabatéus participent aussi à l’effort de guerre en confiant au groupe des reliques inestimables jouant le rôle d’autels portables. L’autel de Lanis est une magnifique statuette représentant un griffon d’or, tandis que celui de Sabatéus est une amphore contenant 3 glands eux aussi en or. Ces autels permettront à Thémiséon et Myrrhée de communier avec leur dieu et ainsi de récupérer leurs points de dévotion sans avoir à se rendre dans un temple.

Les aventuriers s’interrogent sur la manière de détruire l’arbre du Chaos dans l’éventualité où celui-ci aurait repoussé. Les écrits de Sayalis mentionnent les lames, le feu et la magie des dieux, mais il s’agit là peut-être seulement de figures de style. Peut-être que la pierre de pureté pourrait avoir un effet, mais il est impossible d’en être sûr avant d’avoir essayé.

La réunion se termine et Rikalsos informe les aventuriers qu’ils devront partir dans 2 jours. Avant une cérémonie aura lieu au temple d’Anayo, afin que la Cour céleste bénisse leur entreprise.

Départ de l’armée korantienne

Pendant ces deux jours, Althmir, toujours aussi suspicieux, note scrupuleusement les noms des bateaux présents sur les quais de Thyrte. Malek achète 4 amphores de 250 g de poix à 15 pa chacune, pour avoir du combustible au cas où il faudrait provoquer un incendie, ainsi qu’un casque de cuir renforcé avec garde nasale. Thémiséon complète son armure de bronze, tandis que Myrrhée s’offre une cape violette en lin à 50 pa en se disant que son précédent stratagème pourrait encore fonctionner. Elle négocie aussi des vêtements chauds pour tout le monde.

La cérémonie rituelle a lieu le 10 d’aribéa 1218 au milieu d’une foule qui s’est massée pour l’occasion. Au centre, le personnel religieux ainsi que les membres importants de l’expédition procèdent à la cérémonie. Autour d’eux, leurs proches assistent à la réunion. Plus loin, un grand nombre de citoyens, badauds et vendeurs à la sauvette s’agglutinent autour du temple. Chants et prières s’enchainent sous la conduite de Rikalsos. Les aventuriers en ressortent avec un point de chance de groupe supplémentaire. 

À l’issue de cet évènement marquant, les troupes embarquent à destination de Borissa. Les aventuriers font le voyage à bord du Dauphin impétueux. 

Un jour et demi plus tard, ils débarquent dans une cité en pleine effervescence, en raison des nombreuses troupes qui y sont stationnées. Les hommes débarquent et rembarquent sur les grandes galères de guerre de la cité. Pendant ce temps, Thémiséon prend des nouvelles de l’ancien roi Muyr, frère d’Alynor, qui fût possédé par l’esprit de Chandanar le roi fou de l’éphémère Royaume rouge. Elle explique que, bien que son corps soit toujours en vie, son esprit semble être mort. Sentant que le sujet est très sensible, Thémiséon préfère écourter la discussion.

Le départ pour l’étape suivante, Himéla, a lieu le 13 d’aribéa. Une foule compacte est venue souhaiter bonne chance aux héros de Borissa et aux bataillons korantiens qui les accompagnent. Soudain, une ondulation dans la foule vient perturber les festivités. Les gens s’écartent promptement pour laisser passer une sorte de cortège. Les aventuriers aperçoivent la grande sibylle Amalthée de Borissa qui se dirige vers eux sur un palanquin, accompagnée de ses consœurs chantantes. La foule en extase lance des fleurs en l’air. Certains, emportés par leur joie, se jettent dans l’eau du port. La sibylle aux yeux blancs est venue révéler une prophétie. Fait extraordinaire, la sibylle se lève de sa couche, puis annonce d’un ton éthéré : « Délaissés par les fils du soleil, les yeux du Brillant se sont fermés il y a bien longtemps. » Ses consœurs reprennent : « Cela est-il un bien ? Cela est-il un mal ? Nul ne le sait. Mais Lasca veille et se souvient ». Amalthée poursuit : « Bientôt l’enfant ténébreux boira le lait de l’Arbre et le sang de la Beauté dans le calice de la Mère. Seuls les fils du soleil et les fils du sable pourront s’y opposer. À l’approche de leur destination, ils devront choisir entre deux chemins. Le plus difficile ou le plus dangereux ? Ténèbres aquatiques ou hurleur des mers ? » Amalthée, ayant monté les marches du ponton, se laisse tomber en arrière et disparait dans la foule, portée par ses disciples et ses esclaves.

Sur ces paroles, qu’ils ont tant bien que mal essayé de retenir fidèlement, les aventuriers se préparent à partir à destination d’Himéla, malgré les soudaines inquiétudes de Malek relatives à ces troublantes révélations semblant évoquer des périls aquatiques.  

Toutefois, le voyage se poursuit dans de bonnes conditions, ce qui rassure un peu l’Assabien. Le 15 d’aribéa, la flotte se présente à Himéla, où elle est rejointe par les forces locales. Thémiséon a tout juste le temps de saluer sa famille avant le départ pour l’étape suivante, Sarestra, qui sera atteinte le 18. 

L’expédition reste une journée dans la ville portuaire qui rappelle tant de souvenirs aux aventuriers. Malek et Althmir se séparent du groupe. Depuis leur dernière visite, peu de choses ont changé. Les sibylles ne sont toujours pas revenues et il n’y a apparemment pas eu de suites fâcheuses à la libération du démon qui possédait l’héritier den Solisti. En tout cas la rumeur ne dit rien au sujet de morts ou de disparitions inquiétantes dans les campagnes avoisinantes. Ils se renseignent sur les habitudes de la comtesse : elle a recruté un nouveau châtelain et ne quitte plus son domaine.

Le 21 d’Aribéa, les navires korantiens atteignent sans encombre la ville de Yaristra. La suite du voyage consistera à remonter le fleuve Yar et son affluent la Griffe, qui relie Agissène à l’océan intérieur. Les navires n’étant pas adaptés à la navigation fluviale, toute l’armée doit embarquer dans des barges, une opération qui prendra 2 jours. Les aventuriers en profitent pour visiter Yaristra. Il s’agit d’une très grande ville, probablement plus grande que Sarestra. Ses habitants sont en moyenne plus aisés et plus attirés par les arts que dans la plupart des autres villes korantiennes, et on n’y trouve assez peu de quartiers malfamés. Une immense bibliothèque, la plus grande du monde selon les Yarestriens, fait la fierté de la ville. Il est dit que Yaristra est le berceau des mathématiques korantiennes, mais ce titre est contesté par Sustra, d’où provient Manto de Sustra, le père fondateur de cette discipline. Les Yarestriens avancent quant à eux que c’est bien à Yaristra que l’illustre personnage a fondé son école de mathématiques.

Dernier diner avant le Chaos

La remontée du fleuve est entreprise le 24 et les aventuriers atteignent l’extraordinaire cité d’Agissène le 26. Avec plus de 300 000 habitants, la cité-État est la plus peuplée de Korantie. La plaine environnante est couverte de champs de céréales et de vignes, et les terres fertiles de la région permettent de nourrir l’énorme population urbaine ainsi qu’une bonne partie de la Korantie. Cet héritage agricole se retrouve d’ailleurs dans l’emblème de la ville qui figure des grappes de raisins. Agissène est la seule ville majeure de Korantie qui n’a pas subi le courroux de l’Océan lors du Cataclysme. En arrivant à proximité de la ville, les aventuriers aperçoivent l’immense coupole du temple de Sémordis qui surplombe le reste de l’agglomération du sommet d’une colline. Ils apprendront que ce temple, appelé le « Sémordion », abrite le plus important culte de Sémordis en Korantie.

Entos de Kalyste informe les aventuriers qu’ils sont conviés à un diner le 27 au soir au palais archontal d’Agissène. Ils y sont accueillis par un disciple d’Anayo qui les présente à l’archonte éponyme Léocrate de Sistie, un homme chauve, accoutré d’une toge blanche et d’une couronne de laurier, et doté d’un charisme certain. Une trentaine de personnes sont présentes, principalement les membres proéminents de l’expédition impériale, de l’administration locale et du culte de Sémordis. Les mets les plus somptueux et les vins les plus fins sont servis au diner. En goutant ces délices dans ce décor somptueux, les personnages ne peuvent s’empêcher de penser qu’il s’agit peut-être du premier et du dernier repas de ce genre de leur vie.

À la fin du diner, un comité plus restreint se rassemble et Abrachélos d’Agissène, l’archiatre qui dirige le Sémordion, prend la parole. Il exprime sa volonté de soutenir l’expédition et, dans ce but, fait plusieurs dons. Deux esclaves apportent à la table des coffrets. Un pendentif en argent est extrait du premier. Selon l’archiatre, c’est un talisman d’absorption créé par ses soins et qui permet, une fois activé par la pensée de celui qui le porte, d’absorber toute magie lancée contre le porteur du pendentif pendant une dizaine de minutes. Deux petits linges sont extraits du second coffret. Ils contiennent du pain bénit de Sémordis. Quiconque mange un de ces pains guérit de toutes ses blessures, sauf les plus graves. À cette occasion, Vérénys révèle aussi avoir elle aussi reçu une relique de la part d’Aparinaon, l’acolyte du culte de Kos à Thyrte. Il s’agit du « fauchon du Gardien », une lame réputée pour sa puissance et qui montrera surement son utilité dans la lutte contre le Chaos. 

C’est Thémiséon qui conservera l’amulette sur lui afin d’être en mesure de porter un coup fatal à Jédakiah si la situation le permet. L’idée que Malek la porte a été évoquée, mais personne ne sait si la magie divine korantienne fonctionnera sur lui, et personne ne veut prendre ce risque. Les deux pains sont confiés à Althmir et à Vérénys.

Les aventuriers demandent aussi à Abrachelos s’il ne pourrait pas fournir des médicus pour accompagner l’armée. L’archiatre les rassure en précisant que chaque bataillon dispose d’au moins un médicus.

Le lendemain, à l’aube, l’armée et les aventuriers se mettent en route pour la cité-État de Suthria, dernière étape avant la colossale chaine montagneuse des monts ozyriens et le repaire supposé de Jédakiah !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s